Présentation

Il était une fois la science et l’entrepreneuriat…

 

Quand certains réduisent l’entrepreneuriat à une source de profits, d’autres le mettent à profit pour revenir aux sources. Si Pascale Milani admet que le sacerdoce de la recherche publique l’avait plongée en dormance, Julien Chlasta s’est refusé très tôt à enfiler cette soutane. « Il faut sentir cette vocation. Je savais dès le départ que je monterais ou reprendrais ma propre structure. » Deux ans de stage en biologie le firent malgré tout franchir le seuil du laboratoire de Biologie et Modélisation de la Cellule. Tandis que le destin se chargea ensuite d’organiser sa rencontre avec Pascale, il apparut une conjugaison de facteurs qui ne pouvait se faire qu’au pluriel.

Lorsque BioMeca remporta le prix Jeune Entrepreneur de l’Année en 2016, la dotation décrochée s’injecta aussitôt dans le capital de la société. La confiance initiale confiée par L’Oréal conduisit les lauréats au-devant des plus dures exigences et des plus minutieuses contingences. Les ténors du même terreau se saisirent alors à leur tour du créneau. En effet, Boiron, Exsymol ou encore Clarins s’en remettent aujourd’hui à BioMeca pour sonder leurs éventails de produits.

 

Si pour beaucoup, la force atomique est une arme de dissuasion massive, Pascale et Julien en ont fait un atout de persuasion décisive en la canalisant dans les microscopes. « Aucune autre technologie ne pourrait remplacer ce que nous faisons avec BioMeca. La microscopie de force atomique permet de valoriser l’efficacité des produits cosmétiques. » Effectuer des mesures pour légitimer l’action d’un baume anti-âge, soumettre des crèmes à la sensibilité du derme, confronter les objectifs afin qu’un cycle de R&D arrive à terme, etc. BioMeca est cette ultime étape avant que la mention « testé en laboratoire » devienne l’astérisque des obélisques publicitaires.

Pascale Milani et Julien Chlasta, co-fondateurs de BioMeca

Le point de rencontre d’une multitude de facteurs

Implantés à Lyon, campés dans une approche appelée à la diversification, Julien et Pascale alignent autant les références prestigieuses qu’ils assurent la tranquillité des banques par une solution à laquelle rien ne manque. « Nous concevons des méthodologies sur-mesure pour chaque cas spécifique. Mais le but est aussi d’expliquer, d’interpréter et de traduire les résultats dans le vocabulaire métier du client pour que nos univers se comprennent. » Une grandeur physique peut bien se convertir en fermeté ou en élasticité, un module de Young justifier une action antirides,… BioMeca tient son rôle de pont entre des disciplines qui ne se parlaient jusqu’ici qu’en sourdine.

Réseau Entrepreneuriat Lyon

Membre du Réseau Entreprendre Rhône et dépositaire des valeurs qui s’y prônent, insérée dans Lyonbiopôle pour asseoir la volonté de compétitivité dans le cadre de la régionalité, BioMeca a su détecter le brio du trio gagnant. « Cette ville rassemble ouverture sur l’Europe, bassin industriel de la cosmétique, et vivier de talents scientifiques sans rogner sur la qualité de vie. Elle a tout ! »

Outre la chasse perpétuelle aux nouveaux protocoles, l’entreprise s’assure un virage vers le médical. Autant de projets que de succès, retranscrits en bouteilles débouchées comme en collaborateurs embauchés. « Le plus motivant pour nous, c’est que cette réussite économique crée de l’emploi et fasse vivre des familles ! » Si l’équipe est destinée à se compter par dizaines, l’époque où le stress gouvernait le moindre clic de souris au laboratoire est déjà loin.

Où qu’ils déposent bagages, ils ont retenu que c’est au pied du mur que l’impulsion importe. Pascale Milani et Julien Chlasta n’ont plus besoin de passer par la fenêtre. Ensemble, ils ont réussi à creuser un boulevard, à définir leurs propres paramètres.