21 septembre 2021 Les risques et solutions des antitranspirants à base d’aluminium

Transpirer est un phénomène physiologique naturel qui peut être activé par différents facteurs tels que la température de la pièce dans laquelle on se trouve, une activité physique, de la fièvre ou même une émotion. Ce processus permet au corps de réguler sa température, en la maintenant proche de 37°C, tout en éliminant certaines toxines.

Mais, aussi naturel qu’elle soit, la transpiration peut quelque fois être difficile à gérer, particulièrement à cause de l’odeur. A l’origine, lorsque la transpiration est sécrétée par les glandes sudoripares, elle n’a pas d’odeur. C’est une fois arrivée à la surface de la peau, lorsqu’elle entre en contact avec la flore bactérienne et l’oxygène présent dans l’environnement que la transpiration commence à avoir une odeur.

Il est devenu normal dans notre société de se prémunir des inconvénients de la transpiration en utilisant des produits cosmétiques tels que des déodorants et des antitranspirants quotidiennement.

 

Les glandes sudoripares

Ces glandes sont de petites structures en formes de tubes noueux qui se trouvent dans le derme de la peau partout sur le corps. Il y a deux types de glandes sudoripares ; les glandes apocrines et les glandes eccrines. Le rôle des glandes eccrines est de refroidir la peau en sécrétant un produit aqueux, et elles sont présentes sur tout le corps. Les glandes apocrines sont uniquement présentes au niveau des aisselles et des zones génitales.

Elles s’activent au cours de la puberté et se développent en association avec les follicules pileux. C’est la sécrétion des glandes apocrines, un mélange de graisses et de protéines transporté depuis l’intérieur du corps, qui crée une odeur une fois en contact avec la flore bactérienne à la surface de la peau.

La principale difficulté est d’étudier ces glandes et leur fonction, car elles sont complexes à isoler. Plusieurs méthodes existent pour analyser ces glandes, comme la microdissection stéréoscopique de la peau humaine mais c’est une technique très difficile et laborieuse.

 

Qu’est-ce-qu’un antitranspirant et comment fonctionne-t-il ?

Un antitranspirant est un agent avec une action inhibante sur la sécrétion de transpiration.  Cela signifie que l’antitranspirant a pour but de supprimer la transpiration lorsqu’il est appliqué sur la peau, en la bloquant.

Grâce à sa substance active, la plupart du temps à base d’aluminium, l’antitranspirant bloque les sécrétions de transpiration dans les glandes sudoripares en se dissolvant dans la transpiration. Ceci crée une solution acide qui se diffuse dans les glandes. Ensuite, la solution hydrolyse davantage dans la sueur alcaline et s’agglomère, créant ainsi un bouchon temporaire similaire à du gel. Ce bouchon réduira voire supprimera complètement la transpiration, dépendamment de la quantité de transpiration sécrétée.

Un antitranspirant est diffèrent d’un déodorant, car ce dernier masque uniquement l’odeur, mais n’empêche pas la transpiration d’apparaître. Les antitranspirants, tout comme les déodorants, sont commercialisés sous différentes formes telles que des sprays, des sticks ou encore des roll-ons.

La composition d’un antitranspirant

Un antitranspirant a toujours la même composition de base : un ingrédient actif, un « liquide porteur » ou solvant, des agents émulsifiants et structurants, des additifs et du parfum. D’autres ingrédients peuvent être ajoutés, tels que des agents hydratants.

La plupart du temps, l’ingrédient actif est à base d’aluminium. Cependant, ces dix dernières années de nombreuses recherches ont été faites autour de l’impact de l’application d’aluminium sur la peau par le biais d’antitranspirants. Plusieurs études se confrontent sur les potentiels effets négatifs liés à l’utilisation quotidienne d’aluminium.

Son application croissante et sur la durée à proximité de la poitrine peut être problématique, car l’aluminium est suspecté de causer des cancers du sein en s’accumulant dans la glande mammaire et en interférant avec l’action des œstrogènes. Selon certaines études, il pourrait également compter parmi les facteurs déclenchant la maladie d’Alzheimer.

Les antitranspirants contiennent une autre substance controversée, le parabène, qui est également suspecté de causer des cancers du sein en perturbant la balance hormonale du corps.

 

Des solutions naturelles pour remplacer les antitranspirants à base d’aluminium

A cause des risques potentiels, l’industrie cosmétique a augmenté sa gamme de déodorants au cours des dernières années pour remplacer les antitranspirants à base d’aluminium. Des solutions naturelles telles que les déodorants sans aluminium deviennent de plus en plus populaires, et il est désormais très facile d’en trouver dans de nombreux commerces.

Il est important de noter que ces remplacements naturels ne sont pas des antitranspirants, ils n’auront donc pas précisément les mêmes effets que la formule à base d’aluminium une fois appliqués. La formule naturelle masquera l’odeur avec un parfum naturel et pourra éviter l’odeur grâce à un agent antibactérien. Cependant la transpiration sera toujours présente étant donné l’absence d’aluminium pour bloquer les glandes sudoripares.

 

Les antitranspirants semblent être remplacés petit à petit par des solutions plus saines telles que les déodorants sans aluminium et sans parabène, dans l’espoir que cela continue sur la même lignée étant donné l’accroissement de l’utilisation de ce type de produits au fil des années.

Cependant, il est toujours difficile de comprendre le mécanisme d’action de la transpiration pour développer et évaluer ces nouvelles solutions. Bien que nous sachions comment réduire les odeurs, avoir des informations sur la manière de ralentir la transpiration devrait nous donner de nouveaux moyens de remplacer les antitranspirants à base d’aluminium. Nous pensons que la caractérisation des glandes eccrines et l’évaluation de produits naturels et plus sains sur ces glandes représenterait un grand progrès.

 

POUR ALLER PLUS LOIN

Consultez nos études de cas

études de cas

Fonction barrière

La différenciation épidermique conduit à la formation d’un ensemble de cellules apoptotiques, les cornéocytes plus ou moins cohésifs. Un des rôles majeurs de ces strates cellulaires est de réguler la perméabilité de l’épiderme…
Voir l’étude
études de cas

Effet cicatrisant

La cicatrisation est un phénomène extrêmement complexe, propre à chaque organisme et chaque tissu et qui met en jeu plusieurs facteurs et différentes familles cellulaires et tissulaires. Au niveau cutané, la rapidité et la qualité de la cicatrisation implique des…
Voir l’étude
études de cas

Pénétration cutanée

Dans l’industrie cosmétique, et plus généralement dans la formulation chimique, il est primordial de comprendre les effets des ingrédients actifs ainsi que leur degré de pénétration au sein des différentes couches de la peau.
Voir l’étude

Ces articles peuvent vous intéresser

cutaneous anisotropy

Glomeca #7 – Anisotropie cutanée

Dans cet article, nous allons parler d’un terme qui demande à être expliqué : l’anisotropie. La peau est décrite comme un matériau anisotrope souple mais il est essentiel de détailler ce terme pour bien comprendre comment l’utiliser…
Lire plus
9 novembre 2021